BethanyLuvsU


Cette expérience – par les multiples interactions qui s’y produisent – est la revendication d’une techno-sociabilité qui parvient à façonner ces technologies selon les besoins physiques et émotifs de ses participant.es ainsi les utilisateur.ices du web peuvent combattre un système polluant binaire et patriarcal en contrôlant leurs cyber-identités leurs écosystèmes respectifs dans une hyperdimensionnalité virtuelle et spatio-temporelle éphémère pour se réapproprier un paysage dans une tentative de réconciliation face aux violences ou traumatismes infligés par l’infrastructure du techno-patriarcat et tandis que le rituel imite l’art de la magie par la particularité du trauma à troubler le temps dans un jeu électronique qui permet à l’utilisateur.ice de se déplacer et d’interagir dans un univers fictionnel dont la narrativité et la linéarité peuvent s’écrire ou s’inventer au-delà des règles du jeu cette magie devient subséquente à la collaboration de l’utilisateur.ice et du paysage numérique dans une tentative de décolonisation et de libération des espaces des corps et du langage du dogme phallocentrique les politiques de l’utilisateur.ice adoptés et mis en scène par et dans le jeu la techno-sociabilité est issue d’une collectivité hybride d’humanoïdes et d’autres non-humanoïdes une technoculture naissante de la survivance tente donc une reconstruction d’une diaspora hantologique des sois et des autres multiplié.es comme artefacts ou comme fossiles identitaires à retrouver sur plusieurs terrains donnés telle une réconciliation arborescente une nouvelle maison notre corps cyborg à reconstituer et à réapprendre ce safe space synthétique et méditatif est composé de plusieurs hyperliens qui mènent l’utilisateur.ice flâneur.se à différents paysages et avatars par lesquels le rituel symbiotique et transcendant est continuellement entamé pour embrasser les possibilités réparatrices offertes par les traumatismes dans un regain d’agentivité d’exploitation narrative résiliente et digitale dans une perspective (auto)réflective intersectionnelle et affective à l’ère de l’anthropocène





Toutes les informations contenues dans ce site Web (textes, graphiques, photos, logo et images de l’œuvre) sont la propriété exclusive des autrices et sont protégées par les lois internationales relatives aux droits d’auteurice. Les autres noms et logos peuvent être des marques commerciales ou déposées de leurs propriétaires respectifs. Il vous est permis de consulter et de photocopier (ou d’imprimer) les contenus de ce site pour un usage personnel et non commercial uniquement. Toute autre reproduction, distribution, retransmission ou modification des informations contenues dans ce document, sous forme électronique ou sur papier, sans la permission écrite préalable expresse des autrices, est strictement interdite. En cas de reproduction, redistribution ou publication autorisée de documents protégés par des droits d’auteur, aucune modification ni suppression des mentions d’auteur, des marques ou des mentions « copyright » ne peut être effectuée. 

Nous remercions chaleureusement Angela.

INSTRUCTIONS DE TÉLÉCHARGEMENT

1- Télécharger Twine sur l’ordinateur (pas de prérequis et c’est gratuit) !

2- Une fois Twine installé et le fichier HTML “Hypersextcopyright” téléchargé, ouvrir le programme Twine. 

3- Ouvrir le fichier Hypersext en cliquant “importer depuis un fichier” sur le programme Twine. Sélectionner le fichier “Hypersextcopyright” dans les documents personnels ! 

DOWNLOAD TWINE   DOWNLOAD HYPERSEXTCOPYRIGHT 



4- Cliquer sur l’histoire dans Twine. Ensuite, cliquer sur “lancer” !

5- Il est également possible de se promener à l’intérieur du programme, en sélectionnant les lexies (ou les cases) désirées (une à la fois). Lorsqu’une lexie est sélectionnée, cliquer sur “lancer”. 

Ce projet a reçu le soutien de l’École Universitaire de Recherche ArTeC portée par la ComUE Université Paris Lumières et du Groupe Stasis